asperger

asperger [ aspɛrʒe ] v. tr. <conjug. : 3>
XIIe; lat. aspergere, de spargere « répandre »
1Asperger (qqch., qqn) de : répandre (un liquide) sur (qqch., qqn) sous forme de gouttes, par la projection d'un jet. ⇒ arroser; aspersion. Asperger d'eau lustrale un nouveau-né. Une voiture, en passant dans une flaque, nous a aspergés d'eau sale. mouiller, tremper. S'asperger le visage.
2 V. pron. S'asperger de parfum. « mon père s'aspergeait d'eau froide pour tonifier l'épiderme » (Duhamel).

asperger verbe transitif (latin aspergere, arroser) Mouiller légèrement quelqu'un, quelque chose, en projetant sur eux un liquide, une eau en pluie : Le tourniquet d'arrosage aspergeait les passants. Projeter un liquide en pluie sur quelque chose : Asperger un insecticide sur les rosiers.asperger (difficultés) verbe transitif (latin aspergere, arroser) Conjugaison Le g devient -ge- devant a et o : j'asperge, nous aspergeons ; il aspergea. ● asperger (homonymes) verbe transitif (latin aspergere, arroser)asperger (synonymes) verbe transitif (latin aspergere, arroser) Mouiller légèrement quelqu'un, quelque chose, en projetant sur eux un liquide...
Synonymes :
- rincer (familier)
- saucer (familier)

asperger
v. tr. Arroser légèrement en surface. Asperger du linge pour le repasser.

⇒ASPERGER, verbe trans.
A.— Emploi trans. Arroser légèrement en projetant un liquide en forme de pluie.
1. Dans le domaine relig.
a) [Le compl. d'obj. désigne une pers.] Aspergeant le peuple du sang de la victime (Ac. 1798-1878, GUÉRIN 1892) :
1. ... tous les moines, à la suite, défilèrent devant le père Maximin, debout sur les marches, tournant le dos à l'autel, et il les aspergea d'eau bénite, alors que, baissant la tête, ils regagnaient, en se signant, leurs stalles.
HUYSMANS, En route, t. 2, 1895, p. 217.
b) [Le compl. d'obj. désigne une chose concr., un corps, etc.] :
2. Le prêtre dit Pater Noster. Il encense et il asperge le corps pour l'embaumer pour l'éternité : cette absoute est le dernier adieu.
BARRÈS, Mes cahiers, t. 7, 1908, p. 113.
Rem. Ces aspersions rituelles se font gén. à l'aide d'un rameau ou d'un goupillon.
2. Dans le domaine courant.
a) [Le compl. d'obj. désigne une pers.] :
3. ... — il se plaqua contre la roche, le nez dans les moules, les bras en croix, la jambe droite sur des goémons. Le rouleau déferla et le couvrit d'écume. Il se garda de lever le nez. La mer montait — elle ne se contenterait pas toujours de l'asperger d'écume, il viendrait un moment qu'elle se renverserait sur lui...
QUEFFÉLEC, Un Recteur de l'île de Sein, 1944, p. 133.
b) [Le compl. d'obj. désigne une chose concr.] Asperger du linge avant de le repasser (Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.) :
4. ... après avoir bien pesé, bien mûri, bien retardé ma décision, je bondissais d'un coup, les dents serrées, jusqu'à la cheminée où je faisais crouler une pile de bois que j'aspergeais d'essence.
SAINT-EXUPÉRY, Pilote de guerre, 1942, p. 301.
Rem. Pour désigner la matière de l'aspersion, asperger se construit le plus souvent avec la prép. de : asperger d'eau (bénite), d'essence. On trouve, plus rarement, asperger avec notamment, lorsque le compl. circ. a une certaine longueur : ,,on nous a aspergés avec de l'eau de fleurs d'oranger`` (cf. FLAUBERT, Correspondance, 1850, p. 246).
3. P. métaph. :
5. ... la nature avait combiné en Despréaux les traits de l'un et l'autre [frères], mais avec finesse, avec distinction, et avait aspergé le tout d'un sel digne d'Horace.
SAINTE-BEUVE, Nouveaux lundis, t. 3, 1863-69, p. 20.
6. La jeunesse ouvrière abandonne l'artisanat pour l'usine, et, chez les artistes, la jeunesse se fatigue de la route nationale. Elle se décourage, dépassée par les grosses voitures qui l'aspergent de lumière et de boue.
COCTEAU, Poésie critique 2, Monologues, 1960, p. 178.
Rem. Ces ex. sont intéressants parce qu'ils montrent à l'œuvre le mécanisme de la métaph. substituant une dénomination inattendue (asperger) à la dénomination attendue (éclabousser, inonder, dans l'ex. 6, saupoudrer dans l'ex. 5), sur la base de sèmes communs dont l'identification est abandonnée à la sagacité du destinataire du message.
B.— Emploi pronom.
1. Emploi réfl. dir. S'asperger d'eau chaude.
2. Emploi réfl. indir.
a) [Avec un compl. d'obj. dir. indiquant le corps ou une partie du corps] :
7. ... il chercha le seau d'eau froide, y plongea les avant-bras et s'aspergea le visage.
AYMÉ, La Jument verte, 1933, p. 43.
b) [Avec un compl. d'obj. dir. indiquant la matière de l'aspersion, et un compl. circ., prép. sur, indiquant la partie du corps aspergée] :
8. Les Indiens Chané du nord de l'Argentine sont aussi fort propres, mangeant dans des bols séparés, se rinçant la bouche après le repas et s'aspergeant de l'eau sur les doigts.
R.-H. LOWIE, Manuel d'anthropol. culturelle, 1936, p. 83.
P. métaph. :
9. Il n'existe pas une revue d'art où l'on n'aborde à chaque page les problèmes dont la presse nous entretient. Et cela s'accompagne d'un curieux quadrille. Les adversaires se saluent, échangent des clins d'œil, s'aspergent d'un vinaigre de politesses. Les insultes et les grâces alternent, ...
COCTEAU, Poésie critique 2, Monologues, 1960, p. 14.
Rem. On rencontre dans la docum. le néol. aspergeur, subst. masc. (A. ARNOUX, Paris-sur-Seine, 1939, p. 133, suff. -eur2). Aspergeur d'encre. Iron. Celui qui asperge (cf. le néol. concurrent asperseur recensé par Lar. 19e-Lar. 20e).
PRONONC. ET ORTH. :[], j'asperge []. Enq. :// (il) asperge. Cf. abroger.
ÉTYMOL. ET HIST.
I.— Cont. relig. a) XIIe s. liturg. asperger de « mouiller d'un liquide projeté par gouttes » (Mainet, éd. G. Paris, IV, 99 ds T.-L. : Tierce fois le [la rivière où devaient être baptisés les païens] saigna li clers de sa main destre, Puis i jeta de l'oile, du saint cresme l'esperge); b) 1488 « répandre avec l'aspersoir » (A.N. LL 728, f° 38 r° ds GDF. Compl. : Asperger l'eaue beneiste).
II.— Cont. profane a) 1551 « jeter en gouttes, répandre » (COTEREAU, trad. de Columelle, V, 6 ds HUG. : Il vauldra mieulx y espandre et asperger de l'eau tout doulcement); b) 1606 « jeter, répandre en menus grains » (Trad. de Folengo, Merlin Coccaie, L. I [I, 22], ibid. : Un autre sur les fricassées asperge du gyngembre et du poivre).
Empr. au lat. aspergere, au sens de « saupoudrer (qqn de qqc.) » (PLAUTE, Epid., 554 ds TLL s.v., 819, 43 : Guttula pectus ardens mi aspersisti); au sens de « répandre (un liquide) » (PLAUTE, Bacch., 247, ibid., 818, 60 : aspersisti aquam [ici, par image]); emploi relig. ann. 1077, BERTH., Annal., p. 293, 15 ds Mittellat. W. s.v., 1038, 10 : in sabbatho sancto paschae ante infusum chrisma in aqua baptismi omnes circumstantes ex ipsa aspergere.
STAT. — Fréq. abs. littér. :93.
BBG. — NOTER-LÉC. 1912. — TIMM. 1892.

asperger [aspɛʀʒe] v. tr. [CONJUG. bouger.]
ÉTYM. XIIe; lat. aspergere « saupoudrer ».
Asperger (qqch., qqn) de… : répandre sur (qqch., qqn) sous forme de gouttes (un liquide).
1 Relig. (En général à l'aide d'un rameau ou d'un goupillon). Aspergès. || Asperger d'eau lustrale un nouveau-né. || Asperger un cercueil d'eau bénite avec un goupillon.
1 Après avoir aspergé et purifié son corps d'eau nette (…)
J. Amyot, Comparaison de Ménandre et d'Aristophane, in Littré.
2 M. le Curé prit de l'eau bénite dont il aspergea le malade et le lit.
France, la Rôtisserie de la reine Pédauque, p. 282.
2 Cour. Mouiller par la projection d'un jet d'eau, de liquide. Arroser. || Action d'asperger. Aspersion. || Une voiture passant dans une flaque nous a aspergés d'eau sale. Mouiller, (vx) flaquer. (Sans compl. second). || On s'est fait asperger par une voiture.
Fam. et vieilli. || Asperger un rôti d'un bon vin. Arroser.
3 Une aile de poulet aspergée de Saint-Émilion.
Alphonse Daudet, le Petit Chose, p. 384.
(Sans compl. second). || Asperger du linge, humecter d'eau en gouttes (avant de le repasser).
——————
s'asperger v. pron.
|| S'asperger d'eau froide. || S'asperger le visage d'eau froide. || S'asperger de l'eau froide sur le visage. || Elle s'est aspergée de parfum.
4 Le rasoir au fourreau, mon père s'aspergeait d'eau froide, pour tonifier l'épiderme.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, III, 9.
Par métaphore. || « Les adversaires (…) s'aspergent d'un vinaigre de politesses » (Cocteau, in T. L. F.).
——————
aspergé, ée p. p. adj.
ÉTYM. (1888).
|| Des passants aspergés qui protestent.
DÉR. et HOM. Aspergée.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Asperger — may refer to:* Asperger syndrome, a neurobiological syndrome which affects social and communication skills * Hans Asperger (1906 ndash;1980), Austrian pediatrician after whom Asperger s Syndrome is named …   Wikipedia

  • Asperger — steht für: Hans Asperger (1906–1980), österreichischer Kinderarzt Asperger Syndrom, von Hans Asperger erstmals beschriebene Störung innerhalb des Autismusspektrums Siehe auch: Asperg Diese …   Deutsch Wikipedia

  • asperger — (del lat. «aspergĕre») tr. Asperjar. * * * asperger. (Del lat. aspergĕre, rociar). tr. asperjar …   Enciclopedia Universal

  • asperger — ASPERGER.v. a. Arroser avec de l eau ou autre liqueur, qu on épand par petites gouttes avec une branche d arbre, ou un goupillon. Il n est guère d usage qu en parlant Des choses de la Religion. Dans quelques sacrifices on aspergeoit le peuple du… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • asperger — |ê| v. tr. Ver aspergir.   ‣ Etimologia: latim aspergo, ere …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • asperger — verbo transitivo 1. Asperjar …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • asperger — ASPERGER. v. act. Arroser avec de l eau ou autre liqueur qu on espand par menuës gouttes, avec une branche d arbre, ou un goupillon &c. En quelques sacrifices on aspergeoit le peuple du sang de la victime. on asperge les Chrestiens d eau beniste …   Dictionnaire de l'Académie française

  • asperger — (Del lat. aspergĕre, rociar). tr. asperjar …   Diccionario de la lengua española

  • Asperger — Syndrome d Asperger Pour les articles homonymes, voir Hans Asperger. Le syndrome d Asperger (nom d origine autrichienne prononcé /ˈasˌpɜrgər/) est un trouble du développement du spectre auti …   Wikipédia en Français

  • ASPERGER — v. a. Jeter de l eau ou quelque autre liquide sur une personne, sur un objet, avec un rameau ou un goupillon. Il n est guère usité qu en parlant Des cérémonies religieuses. Dans quelques sacrifices, on aspergeait le peuple avec le sang de la… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.